lundi 28 mai 2018

Orages du 9 mai 2018 dans le Gard

Salut !


Vous l'aurez sans doute remarqué, le mois de mai 2018 est particulièrement orageux dans le Sud de la France. Rares sont les journées stables et ensoleillées.


Avec un peu de retard, voici quelques images des orages de la soirée du 9 mai 2018 dans le Gard, à l'Ouest de Nîmes. Des orages somme toute modestes et caractérisés par une activité foudre peu marquée, mais de belles ambiances tout de même.

 

19h22. Un imposant rideau de précipitations se met en place dans le secteur de Montpezat. L'activité électrique reste assez faible.

 


Ces orages d'évolution diurne étant caractérisés par une courte durée de vie, cette cellule finira par s'effondrer assez rapidement, mais d'autres orages prendront rapidement le relais.

 

20h49. Je suis désormais positionné sur les hauteurs à proximité d'Aubais. Alors que le ciel prend des teintes magnifiques au coucher du soleil, un impact de foudre daignent enfin se manifester en direction du Nord.

 

 

 

20h56. En fin d'orage, un puissant impact positif déchire le paysage et tombe sur la commune de Junas. S'en suit un coup de tonnerre assourdissant caractéristique. 

 

 

Avec la tombée de la nuit, l'activité orageuse déclinait rapidement, il était temps de prendre le chemin du retour.


A bientôt pour de nouvelles aventures orageuses, avec notamment une escapade électrique de l'autre côté des Pyrénées, entre Catalogne et plateaux arides de l'Aragon.


Ciao.

 

Vincent Lhermet

dimanche 11 février 2018

Mont Aigoual glacé : 10 février 2018

Salut,

 

Cette seconde partie d'hiver est décidément bien enneigée sur les Cévennes. Plusieurs épisodes neigeux méditerranéens se sont succédé depuis mi-janvier et le dernier en date (lundi 5 février) a donné d'importantes quantités dès 400-500 mètres d'altitude. Il est ainsi tombé plus de 60 à 80 cm de neige dans le massif de l'Aigoual lors de cette journée.


Un froid vif accompagné d'un vent de Nord violent ont ensuite pris le relais, provoquant une grosse tourmente et d'importantes congères.

 

Direction le sommet de l'Aigoual en ce samedi 10 février 2018, sous un soleil retrouvé mais par des températures glaciales (environ -7.5°C au meilleur de la journée au sommet !) accompagné d'un bon vent de Nord. Les conditions "idéales" pour de bonnes ambiances glacées !

 

Sur la crête sommitale, le vent a travaillé la neige pour former des textures magnifiques.



Les immensités glacées du sommet de l'Aigoual : impression de banquise arctique.



Les emblématiques antennes, prises dans leur gangue de givre. Le vent promène la neige et fouette nos visages.



Vue vers le Nord, en direction de la Lozère.

 


Arrivée à l'observatoire. Les bâtiments du snack sont en partie enfouis sous les congères. On peut monter sur le toit sans s'en apercevoir...



Sur le parking, très exposé au souffle d'Eole, le vent et soufflé la neige pour l'accumuler sur le versant Sud. Les plots de granit créent des turbulences et créent ces magnifiques sculptures de neige !



Vue vers le Sud et vers la Méditerranée qui scintille au loin, derrière le Pic Saint-Loup, bien visible au centre de l'image.



Sur le versant Sud, les accumulations de neige sont importantes, le vent plus calme, l'atmosphère plus sereine qui sur la crête. L'impression d'évoluer dans de la chantilly.






Vue vers le Nord, avec le Causse Méjean bien enneigé également.



La route qui mène à l'observatoire a disparu sous la neige et les congères... Seul le panneau qui émerge est là pour nous rappeler son existence.



Pour finir 3 photos prises avec un téléphone portable pour montrer la route qui relie le Gard à la Lozère et qui a été ouverte grâce à une fraise à neige.





Pour résumer : encore une journée magique sur les sommets cévenols. Cette année 2018 commence vraiment très bien d'un point de vue météo dans le secteur. Espérons que cela dure !


A bientôt


Vincent Lhermet


dimanche 14 janvier 2018

Tempête de neige du 14 janvier 2018 au Mont Aigoual (Gard-Lozère)

Salut !

Enfin une reprise d'activité pour le blog ! L'année 2017 ayant été pauvre en évènements météo (orages notamment) dans le secteur je ne vous ai donc pas montré beaucoup d'images...

2018 semble partir sur de toutes autres bases. La journée du 8 janvier a été marquée par une succession d'orages (phénomène rare en cette saison) et de fortes pluies dans les secteurs de Montpellier, Nîmes et sur une bonne partie des Cévennes.

Cette journée du 14 janvier 2018 aura elle aussi été le théâtre de remontées pluvieuses méditerranéennes, avec de la neige au-dessus de 800 mètres dans les Cévennes et en particulier dans le Massif de l'Aigoual où la chute aura été forte avec environ 50 à 60 cm de neige fraîche à 1500 mètres d'altitude près du sommet et environ 35 cm à l'Espérou (1200 mètres d'altitude).

Je vous propose quelques photos réalisées dans l'après-midi au niveau de l'intersection entre la route du Col de Cabrillac et celles montant à l'observatoire, à 1500 mètres d'altitude environ.

Ambiance blanche avec la neige et le brouillard, ou quand ciel et terre se confondent pour nous faire perdre nos repères.




De bonnes accumulations à l'abri du vent. Neige dense et collante.

Visibilité réduite. Les arbres luttent contre le poids de cette neige méditerranéenne, mais le secteur a vu bien pire !



Inutile de penser aller jusqu'à l'observatoire en voiture aujourd'hui. Même à pied, la progression est très difficile dans cette neige lourde et profonde !



Par endroits, dans les secteurs d'accumulation, on se retrouvait avec de la neige jusqu'à la taille !



Une des rares voitures à s'être aventuré jusqu'ici. Impossible d'aller plus loin, route bloquée en direction du col de Cabrillac ou en direction de l'observatoire.



La hêtraie immaculée, en redescendant vers Prat-Peyrot et l'Espérou.



Quel plaisir de renouer avec ces fortes épaisseurs de neige dans les Cévennes ! Toujours aussi magique de se confronter aux éléments sur ces montagnes cévenoles que j'aime tant.

Espérons que tout cela augure d'une année riche en phénomènes et surtout moins sèche que l'année dernière sur nos montagnes et plaines languedociennes !

A bientôt.

Vincent Lhermet.

vendredi 30 juin 2017

Orages de fin de canicule. 27 juin 2017 dans le Gard.

Salut !

 

La période de canicule que nous avons connu en juin s'est achevée avec un passage orageux assez intense en soirée du 27 juin 2017.


Comme souvent dans ce genre de situation, les orages s'organisaient en fin d'après-midi dans le Sud-Ouest du pays avant de balayer le Languedoc d'Ouest en Est dans la soirée / nuit...


Afin "d'assurer le coup", je partais me positionner au pied des Cévennes en début de soirée, afin d'intercepter cette ligne orageuse, sans trop d'espoir de pouvoir en tirer grand chose sur le plan de la capture d'éclairs...

 

20h33 : posté sur les hauteurs de Pompignan, à la frontière Gard / Hérault. Ciel chaotique et très esthétique en direction du Pic-Saint-Loup à l'approche des orages. Les premiers grondements se font entendre.

 

 

 

21h03 : l'orage arrive déjà, accompagné de fortes bourrasques de vent. Quasiment pas d'impacts de foudre visibles à l'avant malheureusement. Ultime capture avant d'être englouti par la pluie.

 

 

Je commence à me dire que c'est râpé pour capturer la foudre : tous les impacts sont noyés, la prise de vue est impossible.

Voyant que le noyau le plus actif passe en fait sur le littoral, je commence à me replier vers le Sud, prenant au passage deux jeunes auto-stoppeuses surprises par l'orage et totalement trempées...


Je me rends vite compte que la foudre (si discrète à l'avant de l'orage) se montre, et d'une manière très spectaculaire, à l'arrière ! Problème : le secteur de Quissac / Carnas où je me trouve est très boisé et vallonné : dur de trouver un point de vue, je rate une grande partie du spectacle !


Je finis par m'arrêter "à l'arrache" à la première vigne offrant un semblant de panorama dégagé, à la sortie de Gailhan au Nord de Sommières. L'orage s'est déjà bien éloigné, je suis au sec à l'arrière.

 

21h59 : foudre sur le massif du bois des Lens.

 

 

 

22h07 : vue vers le Sud, sur la pointe arrière de l'orage (on distingue le ciel clair à droite de l'image). De nombreux éclairs rampants, de type "spiders" se manifestent. L'activité électrique est soutenue. On distingue un éclair extranuageux tombant au loin, à l'arrière de l'orage.

 

 

22h11 : les décharges internuageuses sont atypiques, le spectacle est incroyable.




22h14 : je cadre à nouveau vers l'Est, avec la plus belle capture de la soirée (j'aurais loupé de bien plus beaux impacts malheureusement...)

 

 

 

22h13 : le plafond nuageux est vraiment magnifique. L'atmosphère est pesante. Un régal pour les yeux.

 

 

 

22h21 : énième "spider" se diffusant sous l'enclume avec deux coups de foudre très éloignés au fond.

 

 

 

Je reprends la route vers le Sud-Est mais je comprends vite que je ne rattraperai  jamais le système orageux.



22h50 : ultime arrêt à Calvisson, pour à nouveau capturer de belles décharges rampantes accompagnant la foudre qui concerne à présent la Camargue...

 

 

Très belle soirée orageuse au final, même si mon erreur de placement initiale m'a fait rater de nombreuses photos : il aurait fallu rester à proximité du littoral et non monter vers les Cévennes ! C'est ainsi, les orages ont eu le dernier mot comme souvent...


Vivement les prochains ! A bientôt.


Vincent

vendredi 16 juin 2017

Orages caniculaires du 15 juin 2017 sur les Cévennes

Salut !

 

De retour après plusieurs mois de "chômage technique" durant lesquels les orages se sont fait rares dans la région !


Depuis plus d'une semaine, des conditions caniculaires règnent sur le Languedoc. Hier, après une maximale de 37.5°C à Nîmes, les orages se sont manifestés sur les plaines gardoises et héraultaises avec de la grosse grêle (4 à 5 cm) localement.

 

Après avoir raté ces orages de la fin d'après-midi pour cause de timing, je me dirigeais vers le pied des Cévennes où la convection allait bon train, dans l'espoir d'arriver à temps et d'assister enfin à mes premiers orages nocturnes de la saison.

 

Je m'installais sur les hauteurs au Sud immédiat d'Alès (Gard) avec une vue imprenable sur les montagnes et de superbes cellules orageuses bien isolées mais peu actives sur le plan électrique.

 

21h13 : l'orage s'active subitement et lâche un premier coup de foudre. La convection est superbe et le jour déclinant commence à donner des couleurs et ambiances magnifiques.


 

Malheureusement, la quasi totalité des manifestions électriques reste confinée au sein du cumulonimbus : très peu de foudre. Toutefois, l'activité incessante dans l'enclume me laisse espérer une manifestation extranuageuse...

 

21h43 : bingo ! Un superbe impact extranuageux s'échappe du nuage pour venir frapper les premiers reliefs cévenols. L'ambiance est sublime avec le soleil couchant qui apporte une touche de rose au sommet des cellules.

 

 

L'orage est très électrique mais toujours très très pauvre en foudre. Je me contente donc de profiter du spectacle, au son des grillons, caressé par un vent tiède : l'été dans toute sa splendeur.


Voici 3 images de l'évolution de l'orage.


21h55 : petite décharge internuageuse.




22h05 : toujours le même processus. J'attends en vain un nouvel impact au sol...



 

22h19 : des nuages bas commencent à se former dans le courant d'étalement de l'orage. Remarquez comme celui-ci est bien individualisé avec le ciel clair à gauche de l'image.



 

22h35 : la cellule s'est décalée et est quasiment au zénith. Une décharge rampante met en relief les petits cumuls fractus sous la base de l'orage.



 

Avant de s'éteindre, l'orage lâchera un nouvel impact extranuageux positif issu de l'enclume avec un coup de tonnerre véritablement fracassant (type coup de canon) que tous les habitants du bassin d'Alès ont du entendre !  Hors cadre malheureusement pour moi...
Au final, malgré le manque de foudre, se fût une sacrée soirée avec des ambiances magiques, du haut niveau pour ma première véritable sortie sous l'orage de l'été !



Bon week-end et à bientôt pour de nouvelles aventures orageuses, les conditions chaudes à caniculaires vont se maintenir donc nul doute que de nouveaux orages pourraient se manifester d'ici fin juin / début juillet.



Vincent

samedi 4 mars 2017

Tempête du 4 mars 2017 aux Saintes-Maries-de-la-Mer (Camargue).

Salut !

 

Les dernières heures ont été agitées sur les rives de la Méditerranée avec le passage d'une dépression très creuse (990 Hpa environ) accompagnée d'une tempête de Marin (vent de secteur SE) et de précipitations convectives.

 

J'étais positionné en Camargue, aux Saintes-Maries-de-la-Mer dans l'espoir d'apercevoir quelques manifestations électriques ou un phénomène tourbillonnaire de type trombe marine mais il n'en fut rien... (trombes marines il y a eu mais plus à l'Est, dans le Var et le secteur d'Hyères notamment).

Les rafales maximales relevées dans le secteur de la Camargue ont par contre atteint 105-110 km/h environ (avec un vent moyen soutenu) ce qui n'a rien d'exceptionnel mais qui reste notable.



Je vous propose donc seulement une vidéo lors du paroxysme de la tempête près du front de mer : on peut distinguer le sable projeté depuis les plages situées à droite sur la vidéo. Cliquez sur le logo "Youtube" pour un visionnage en plus grand format.

 

De quoi se rappeler que la Méditerranée peut réserver bien des surprises (mais vous le savez si vous suivez régulièrement ce blog !).

 

A bientôt.

Vincent Lhermet

samedi 21 janvier 2017

Tempête de neige sur le Vercors (Drôme) le 14 janvier 2017

Salut !

 

Pour bien commencer cette nouvelle année et puisque nos Cévennes sont un peu en manque d'or blanc, je vous propose quelques photos réalisées le week-end dernier sur les plateaux du Vercors (Drôme) lors d'une belle tempête de neige ayant déposé une couche d'environ 40 cm accompagnée d'un bon vent de Nord !

 

Direction la station de Font d'Urle, dans la partie Sud du Vercors à environ 1400 mètres d'altitude.

 

A la sortie de la forêt, en direction des alpages, les conditions se compliquent nettement avec le vent qui crée une belle tourmente. De quoi me rappeler mes plateaux lozériens chéris :

 

 

 La visibilité est réduite et les ambiances sont fantomatiques :


 

 

 Demi-tour et retour à l'abri (relatif) de la hêtraie-sapinière :

 

 

Le vent se fait moins présent et l'ambiance plus feutrée. La neige est très légère et poudreuse : un régal.

 

 

 

 

Sur le parking de la station c'est le "blizzard" et les voitures commencent à disparaître sous les congères :

 

 

Il faut jouer de la pelle pour arriver à extraire la voiture de sa gangue de neige. Qui plus est : le vent glacial qui souffle a complètement gelé les portières !

 

 

 

Retour vers la vallée (elle aussi enneigée) en passant par l'extraordinaire route de la Combe Laval.

 

Le brouillard masque le paysage vertigineux mais il ne neige plus et le plafond nuageux tend à remonter ce qui nous dévoile une partie du spectacle :

 



 

 

Le parapet séparant la chaussée du vide n'est plus visible...

 

 

 

Les falaises se dévoilent et apportent une touche colorée dans ce paysage en "noir et blanc" :





Les vues sont vertigineuses :






Dans l'axe de la combe, le ciel s'éclaircit, mais il est temps de rentrer, nous ne pourrons malheureusement pas profiter du coucher de soleil :






Tous mes vœux de bonheur pour cette nouvelle année 2017, qui espérons le sera riche en phénomènes météo intéressants et photogéniques !


A bientôt.


Vincent Lhermet